abc-artgallery.com, galerie art  
   PEINTURE   
 
   SCULPTURE   
 
   INSTALLATION   
 
   GRAVURE   
 
   DESIGN   
 
   PHOTOGRAPHIE   
 

 
Espace Membres
 
 > devenir membre
 
 

Le montage de cette exposition exprime la vision de la Fondation ONA à promouvoir  le dialogue entre les cultures  notamment  à travers des actions culturelles tel que l’exposition présente « Quantara » qui rassemble deux artistes plasticiens issus des deux rives de la méditerranée : l’artiste Espagnole Antonio San Martin et l’artiste Marocain Amal Bachir. Amal suit une démarche esthétique  qui s’ancre singulièrement dans un monde qui interpelle tous les sens. Il découpe, colle, agence des partitions, des graphèmes - chiffres et lettres… Le résultat des assemblages capte le regard par la simplicité et la légèreté. Amal Bachir est connu par l’utilisation des matières et des  techniques variées qui ne laissent pas le visiteur indifférent au sens de l’esthétique sublimé chez lui ; «le collage reste la matrice et le style de création privilégié par Amal »
du 29 Juillet au 30 Septembre 2015, à la fondation ONA-Villa des Arts de Rabat.


Abdelaziz Lkhattaf

Venu à l’art par passion, Abdelaziz Lkhattaf y fait son entrée par la toute petite porte. Après une longue période d’imprégnation, l’ex-galeriste cède à la tentation et se retrouve à son insu converti en peintre tellement surpris par son talent et de surcroît si modeste qu’il n’arrive pas à croire ses yeux. Abdelaziz Lkhattaf peint comme il l’entend et c’est l’essentiel. Une peinture qui se droit d’être sincère. « Une œuvre d’art n’est supérieure que si elle en même temps un symbole et l’expression exacte d’une réalité. ». L’enfant chéri des Aït Aourir, une contrée avoisinante de la ville ocre, semble appliquer en bon disciple la leçon de Guy de Maupassant. Allier simplicité et force de l’expression. Il n’ya rien de plus éloquent pour forger un style dans les règles de l’art et de la rhétorique.

Du 31 juillet au 29 août 2015 au Lusko Galerie d’art.


Réédition du guide des architectures du XXème siècle de Casablanca par Casamémoire avec le soutien de La Marocaine Vie

Cette nouvelle édition a été possible grâce au soutien de La Marocaine Vie, un partenaire qui accompagne régulièrement Casamémoire dans plusieurs de ses projets notamment la création du centre de ressources documentaires inauguré en 2012, l’impression de la version française du guide en 2013, l’organisation de la balade nocturne en 2014. Cet ouvrage de référence, au contenu  scientifique incontestable présente une sélection d’une centaine de bâtiments qui font l'objet d'une notice illustrée, et qui composent le paysage et l’identité architecturale de la cité : le néo-mauresque, l’art-déco, le néo-marocain, le Bauhaus, le fonctionnalisme et autre style brutaliste.


Mille et une Broderies

La Galerie de l’immobilier Prestigia Anfa, présente pour la 1ère fois au Maroc, une exposition exceptionnelle et unique, rendant hommage à la broderie traditionnelle marocaine des siècles précédents. Ce sont ainsi plus de 50 pièces rares, datant des 17ème , 18ème et 19ème siècle qui seront exposées en exclusivité à partir du 01 Juillet. Caftans, ceintures, sacs, coussins, napperons, et rideaux d’antan... pour ne citer que quelques-unes des pièces exposées. Un voyage dans le passé rendant hommage à la richesse culturelle et à l’histoire de notre patrimoine national. Un travail minutieux de recherche, de collecte et de mise en valeur a été effectué par la Galerie de l’immobilier Prestigia Anfa, afin de donner naissance à cette exposition, composée de broderies des différentes régions du Royaume.
Ouverte au grand public de 10h à 17 heures en journée mais également de 21h à 23h, durant le mois de ramadan, cette exposition reflète la volonté de Prestigia de faire de la Galerie de l’immobilier d’Anfa un véritable carrefour culturel, dont le but premier est de rendre hommage à la diversité de notre patrimoine national. Cette exposition est la 2ème manifestation organisée à la Galerie Prestigia Anfa.


Moroccan Touch 

Dans cette exposition, les artistes ont été conviés à réfléchir à la touche qui définirait le mieux les arts plastiques marocains. Ainsi, ils donnent à voir, à travers une histoire personnelle ou une mémoire collective, cette note qui définirait l’appartenance de l’œuvre d’art à un ensemble que l’on peut qualifier de marocain. En effet, dans chacune des œuvres exposées, nous retrouvons cette composante identitaire qui à la fois émeut son auteur et inscrit dans sa mémoire le moment ou l’un des moments qui cristallisent le mieux son appartenance à une culture, un état d’esprit partagé par tous. Seize artistes participent à cette exposition : Saad Ben Cheffaj, Mustapha Boujemaoui, Hassan Darsi, André El Baz, Mohamed El Baz, Nabil El Makhloufi, Safaa Erruas, Mohamed Fariji, Hassan Hajjaj, Majida Khattari, Faouzi Laatiris, Fouad Maazouz, Najia Mehadji, Houssein Miloudi, Mohamed Mourabiti et Yamou. Ces artistes ont traité, chacun en fonction de ses sensibilités et l'univers plastique qui est le sien la « Moroccan Touch ». Le résultat est surprenant: une grande diversité dans le traitement de ce thème qui inspire et interpelle les artistes.
Du 11 juin au 25 juillet 2015 à la galerie d’art L’Atelier 21


Asilah célèbre l’art africain contemporain

A l’occasion de sa 3e édition, le Symposium international annuel de la Maison d’Art Contemporain Asilah-Briecha trouvé une nouvelle façon de vous faire voyager : la route de l’or de Sijilmassa à Tombouctou. Malgré sa grande influence dans la création de nombreux artistes occidentaux, l’art Africain se trouve souvent réservé aux musées anthropologiques. On n’en retient que masques, peinture naïve et art de récupération. Un préjugé que le Symposium international d’art contemporain, organisé par l’Association pour l’Art et la Culture (APAC), entend bien contester en consacrant cette nouvelle édition à la création africaine contemporaine. « L'Afrique est le berceau de l'art contemporain. L'art Africain est à l'origine de l'art Occidental, ce que nous avons tendance à ignorer ou à oublier. Au début du 20ème siècle, nombre d'artistes européens se sont inspirés de l'art africain en le découvrant lors de l'exposition universelle. Ces découvreurs s’appelaient Gauguin, Picasso, Derain, Braque, Matisse, Vlaminck…D’ailleurs, Picasso avait déclaré avoir trouvé son chemin après avoir découvert l’art Africain », explique Ahlam Lemseffer, artiste plasticienne et présidente de l’APAC. Après avoir mis en lumière les artistes orientaux puis les Marocains de la diaspora lors des éditions précédentes, place désormais à une jeune génération d’artistes africains à la renommée internationale.
Du 26 mai au 4 juin à la Maison d’Art Contemporain d’Asilah-Briech


   Page  :           5           
 
Mettre en page d'accueil
 
 
NOTRE SELECTION
 
BIENNALE INTERNATIONALE DE CASABLANCA
RENCONTRES D'ART ACTUEL
MAGAZINE ART DU MAROC
MAGAZINE MAROC PREMIUM
MODE MADE IN MOROCCO
PEOPLE
 
 
Mentions Légales   |   Téléchargement   |   Copyright